Wikileaks va balancer 251.287 mémos diplomatiques

Nous ne sommes plus qu'à quelques heures de la publication des Statelogs par Wikileaks: 251.287 mémos diplomatiques, dont le plus ancien daterait de 1966 et dont certains concerneraient directement la France. Cela avait commencé par deux tweets sur le compte de microblogging @wikileaks promettant de diffuser sept fois plus de documents que lors de la précédante fournée sur l'Irak (400.000 warlogs, venant après les plus de 92.000 documents sur la guerre en Afghanistan). Finalement, il semblerait qu'il s'agissait d'un chiffre très exagéré. Des documents qui ne devraient pas moins que changer notre vision du monde. Le compte à rebours est désormais lancé, nous ne sommes plus qu'à quelques heures d'une fuite de mémos diplomatiques qui pourrait être la plus importante de l'organisation. Slate.fr vous propose de décrypter cette nouvelle fournée avec Owni.fr et LeSoir.be. Après les mémos de l'armée américaine, il s'agit cette fois-ci de «câbles» diplomatiques échangés entre les Etats-Unis et d'autres gouvernements (sur le modèle du mémo de l'ambassade américaine en Islande, publié par Wikileaks en janvier, rappelle Owni) . La sécurité nationale des pays cités dans ces mémos n'est pas la seule à être en jeu: le Daily Mail rapporte ainsi que le gouvernement britannique se prépare à des révélations potentiellement très embarassantes sur ce que pensent les Etats-Unis de la Grande Bretagne et de ses leaders, et de ce que les deux pays pensent d'autres gouvernements, comme le nôtre...: Un responsable britannique a dit qu'ils craignaient voir émerger le mépris des Américains et des Britanniques pour les Français. «Se plaindre des Français était pratiquement un sport», a-t-il dit. Der Spiegel, partenaire habituel de Wikileaks, donne des précisions sur son site, rapporte Owni : 251.287 mémos diplomatiques seront publiés, dont 8.000 documents qui sont des directives du Département d'Etat américain... Bizarrement, le site Wikileaks n'est plus disponible. Introuvable, comme s'il n'avait jamais existé... Censure ? Ou simple protection des administrateurs du site en prévision de représailles ?